Luanda aux couleurs de la CAN

Dimanche 10 janvier s’est ouvert la première coupe d’Afrique organisée en Angola. Durant un mois, le pays se prépare à vivre au rythme des matches… arrêts de jeu compris.

stadevoitures

L’opérateur téléphonique Unitel doit être satisfait de sa campagne de communication : depuis une semaine il est impossible de traverser les rues de Luanda sans rencontrer un 4×4 ou un kadenguero[1] arborant fièrement un drapeau angolais avec un logo de la marque en sur-impression.

L’effervescence est montée d’un cran la veille du match. La ville, endormie après les fêtes de fin d’année, s’active désormais pour supporter au mieux ses « Palancas Negras »[2]. Radio Angola diffuse entre chaque chanson des jingles d’encouragements. Les autoradios hurlent « Angolaaa ! » à chaque carrefour routier.

Cinq heures avant le début du match, la voie rapide menant au stade est déjà saturée. Habitués aux heures d’embouteillage, les Angolais prennent leur mal en patience et entament leur préparation d’avant match : chants, bières et cornetos[3] à tue-tête.

Sur le bord de la route, un groupe de gamins annonce une victoire de l’Angola contre le Mali sur un score de 2 buts 0. « Dans le cas contraire on vous tirera dessus » précise l’un d’eux avec un sourire ironique. La boutade ne fait pas rire les passagers du 4×4 visé. L’humour n’est pas encore la plus rependue des armes dans un pays qui a connu un demi siècle de guerre jusqu’au début des années 2000…

L’arrivée au stade « 11 de Novembro » se déroule dans un joyeux chaos. Le parking est saturé depuis bien longtemps. La bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute prend son relais sur plusieurs kilomètres. Enfin, voici le majestueux édifice. Ses écrans géants, sa signalétique, son design, feront taire les sceptiques qui dénonçaient l’amateurisme du pays organisateur… Espérons cependant que ces derniers ne prêteront pas attention aux groupes d’ouvriers chinois qui continuent, dans l’urgence, de mettre en place la clôture autour de l’enceinte sportive.

De grandes banderoles affichant le portrait du président angolais Dos Santos sont exposées dans les tribunes. Ce dernier a certainement dû apprécier la cérémonie d’ouverture. Les prouesses pyrotechniques et chorégraphiques content une certaine histoire de l’Angola, croisement entre une publicité pour le Club Med et le film « Le jour le plus long ».

Les événements de Cabinda semblent s’éloigner[4]. La tristesse et la consternation, provoqué par l’attentat de samedi, ont fait place à la liesse populaire et à la ferveur patriotique. A la mi-temps l’Angola mène 2 à 0. Dans la loge présidentielle, la première dame du pays entame quelques pas de danse que les écrans du stade s’empressent de diffuser. Luanda chavire dans la liesse populaire au quatrième but de son équipe. Il reste une poignée de minutes à jouer, les spectateurs commencent déjà à quitter le stade. Tous sont impatients de partir fêter la victoire. Certains supporters discutent pour savoir si demain sera décrété jour férié ou jour de « tolérance ».

Pendant ce temps, personne dans le stade ne semble réaliser la folle remontée du Mali. L’égalisation à l’ultime seconde des arrêts de jeu de la partie plonge l’enceinte dans un silence de cathédrale. Quatre buts encaissés en dix minutes. Après quelques secondes de stupeur, l’incompréhension laisse place à la frustration et la colère.

Les bières sont remises au frais. L’embouteillage du retour s’étend déjà sur plusieurs kilomètres. Les 4×4 délaisseront pour ce soir leurs drapeaux accrochés aux portières. Demain il faudra aller travailler.

3dpx

[1] Transport en commun pouvant accueillir jusqu’à une quinzaine de personne. Il s’agit en général de van Toyota peint en bleu et blanc

[2] Surnom de l’équipe nationale angolaise, en référence à son animal emblématique : l’antilope.

[3] Petit instrument en plastique en forme de cône qui émet un son strident lorsque l’on souffle dans la plus petite extrémité.

[4] La sélection de football togolaise venue participer à la CAN a été victime d’une tragique attaque des FLEC, le Front de Libération de Cabinda – région au Nord de l’Angola.

signaletiquestade

chinoisstade

busstadeREDEF

gaminstade

Laisser un commentaire

C'est bon ?




Carnet de Voyage

This movie requires Flash Player 9



Suivez l'aventure Rencontres Africaines !

This movie requires Flash Player 9



Nous aider